Tuamotu

Situé au sud des Marquises, cet archipel est composé de 76 atolls. Après 4 jours de navigation, le paysage est totalement différent. Pas de montagnes vertes mais des lagons d'un bleu profond!

Ici, la culture et la langue sont également différentes.

Nous sommes dans le monde des poissons de couleur, des requins et des dauphins! Mais avant d'en profiter, il faut traverser le col. En général, il existe deux cols dans le lagon où le courant est très fort autour de 7knts ... l'horaire de la marée doit être soigneusement vérifié ainsi que l'heure à laquelle le soleil est haut pour éviter les booms coralliens.

Notre premier passage dans les Tuamotu était le col sud de Fakarava. Arrivés à 5h du matin, nous avons attendu jusqu'à 8h pour entrer dans le lagon même si les conditions météorologiques n'étaient pas si bonnes: vent jusqu'à 20 nœuds.

Ce pass a été présenté dans le film «700 requins dans la nuit» produit par Arte en juin 2018 (film incroyable à voir !!!). En snorkeling, avec un courant intérieur, il est possible de voir beaucoup de requins gris, des pointes blanches mais aussi beaucoup de plusieurs poissons tropicaux dans certains jardins de corail. En plongeant, à 25 m de profondeur, vous pourrez apercevoir facilement 20 requins autour de vous.

A l'intérieur du lagon, normalement, il n'y a que des requins de récif ou de jeunes requins alors aucun risque pour l'homme. Mais un accident s'est produit lors de la pêche ou du nettoyage des poissons.

Nous avons évité de manger les poissons provenant du lagon car certains auraient pu contracter la ciguatera: c'est comme une toxine qui pourrait créer une forte intoxication alimentaire. Et selon les atolls, les poissons contaminés ne sont pas les mêmes. Donc, nous n'avons mangé que les poissons provenant de la mer.

Après Fakarava au nord et au sud, notre prochain arrêt était à Toau. Cet atoll est assez isolé et peu de gens y vivent en quasi-autarcie. Tout est rare sauf les poissons et la noix de coco. Pas d'eau courante et pas beaucoup d'eau potable! Puis peu de légumes, pas d'élevage! Certains supermarchés peuvent être trouvés mais les produits dépendent de l'arrivée du navire.

Et bien sûr, peu de centres de soins, dentiste disponible quelques semaines dans les 3 principales villes ... si un traitement est nécessaire, il faut s'envoler pour Tahiti !! Comme expliqué par Gaston et Valentine qui vivent dans le faux col du Toau (ouverture entre le lagon et l'océan mais pas assez profond pour le traverser en bateau). Ils ont un puits avec peu d'eau pour les légumes, ils ont des cochons, du poulet, un parc à poissons, des homards ... ils cuisinent pour les marins ... cet endroit est assez grand pour 6 voiliers ... nous sommes restés voici parfois des travaux avec eux: la pêche, la cuisine et certains font une chasse nocturne pour attraper le poulet (inoubliable !!).

La vie semble plus dure (à notre point de vue européen) que dans les îles Marquises car il n'y a pas de grande ville (sauf Rangiroa qui est très touristique), peu d'eau disponible ... les gens qui vivent ici se disent très heureux là-dedans paradis et ils ne voulaient pas vivre dans une grande ville ...

Après cette île très reculée, nous sommes arrivés à Rangiroa et plus précisément au col de Tiputa. Beaucoup de courant mais aussi quelques gros dauphins sautant autour du bateau. Ces grands dauphins vivent ici et ont un comportement particulier avec les humains, ils peuvent se rapprocher d'être touchés: nous avons eu cette merveilleuse expérience avec «caline» lors d'une séance de plongée.

Sur cet atoll, les activités touristiques sont fortement développées, les spots de plongée sont mondialement connus car en plus avec ce groupe de grands dauphins, on peut apercevoir quelques requins marteaux et requins tigres.

La crise des covid a un fort impact économique sur toutes ces activités mais personne ne s'en plaint. La vie est dure et simple comme sur les autres îles! Les gens travaillent dans des activités touristiques, dans quelques snacks (petits restaurants), dans certaines pensions, dans la fabrication de la coprah (noix de coco) et dans la pêche.

Le prochain et dernier arrêt était à Tikehau pour voir les requins marteaux. Mais nous n’avons pas réussi: certains marins en ont vu un et un requin tigre. Nous avons navigué à l'intérieur du lagon avec quelqu'un devant le bateau et le soleil haut dans le ciel. Même avec cela, nous avons eu la chance de ne pas toucher à certains booms !!! Nous avons visité un motu au milieu du lagon où beaucoup d'oiseaux font leur nid (sternes, oiseau fou aux pieds rouges) ... ce mouillage est calme bruyant et ne sentait pas très bon mais c'est magique! Nous sommes également allés à «l'île d'Eden» où une communauté cultive des légumes et vit au sens religieux.

Nous avons navigué plus loin à l'ouest vers les îles de la Société: île plus peuplée que Bora Bora, Moorea et Papeete sur l'île de Tahiti.